Partagez cet article

Dirigeants d’entreprise : formez-vous !

Par Jean-Louis MEHOUAS
Date de publication : 4 novembre 2014

Au-delà de la maîtrise technique de votre métier, vous former en tant que dirigeant d’entreprise permet d’accroître vos performances et de développer votre activité, tout en bénéficiant d’avantages économiques et fiscaux.

« La performance de l’entreprise est dans le développement de son potentiel humain »

Comme pour vos salariés, des formations courtes, adaptées aux problématiques de dirigeant d’entreprise peuvent vous permettre de vous perfectionner dans votre rôle de « patron ».

Vous souhaitez et pouvez apprendre à gérer votre temps, mieux diriger vos salariés, communiquer, comprendre votre bilan, comprendre la gestion trésorerie, avoir les clés de la gestion de votre relation bancaire…

Enrichissez-vous et prenez du temps pour vous former, à moindre coût.

En tant que travailleur indépendant, vous bénéficiez du droit à la formation professionnelle continue, vous pouvez donc prétendre au financement de votre formation en contrepartie de votre contribution à la formation professionnelle (CFP). Votre cotisation CFP versée en février, vous ouvre des droits à remboursement des frais pédagogiques supportés. Pour cela, vous devez déposer une demande auprès du Fonds d’Assurance Formation dont vous dépendez au minimum 1 mois avant le début de la formation (voir annexe).

A noter, que votre conjoint, en tant que conjoint-collaborateur, peut également bénéficier de cette prise en charge si la CFP conjoint – collaborateur a été versée.

Au-delà du remboursement de vos formations par les organismes spécialisés, vous bénéficiez d’un crédit d’impôt pour formation du chef d’entreprise (gérant, exploitants individuels, présidents et administrateurs de société, membres du directoire).

Par exemple en 2014, cela représente un crédit d’impôt maximum de 385 €.

Le montant du crédit d’impôt est égal au produit du nombre d’heures passé en formation (dans la limite de 40h/an) par le taux horaire du Smic (en vigueur au 31 décembre de l’année au titre de laquelle est calculé le crédit d’impôt). Vous devez être soumis à un régime réel d’imposition.

Le crédit d’impôt est imputé sur votre impôt sur le revenu ou sur l’impôt sur les bénéfices dû par l’entreprise au titre de l’année au cours de laquelle les dépenses éligibles ont été engagées.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Auteur Jean-Louis MEHOUAS
Expert-comptable – Associé fondateur du cabinet Ubiconseil
Pour voir tous les posts de Jean-Louis MEHOUAS : cliquez ici

Partagez cet article

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *